Rechercher

Spéciale Auditeurs - 9 novembre 2021

Bonjour vous tous! Hier, 2e mardi de novembre, je vous diffusais des titres soigneusement choisis par les Auditeurs... Alors, cette playlist vous a-t-elle fait du bien ?

Chloé : Loïc Nottet - Mr/Mme

Bilal Hassani - Je danse encore Vianney/Joyce Jonathan - Les filles d’aujourd’hui Hoshi - Ta marinière Louane – si t'étais là Kids United - On écrit sur les murs Soprano – Roule Péché Mignon du jour : Oldelaf – La peine de mort

Mathé:

Isabelle Aubret – la source Serge Lama – Une île Françoise Hardi – Mon amie la rose Duo Dutronc – Le petit jardin Isabelle Boulay – Parle-moi Maurane – Prélude de Bach Eddy Mitchell – La dernière séance



gif


Véronique signe la chronique littéraire, une fois de plus. (quand je vous dis qu'elle dévooooore les bouquin, moi qui ait tant de mal à terminer de relire L'Enchanteur de ce merveilleux Barjavel ... plus que 100 pages, aller!) Bref, cette semaine, elle propose une critique moins emballée et, personnellement, je trouve ça bien aussi, de pouvoir dire quand on n'aime pas, moins ...



Un démocrate Mick Jagger – François Bégaudeau

En général, je préfère ne parler que des bouquins que j'ai appréciés un minimum, dans une idée de positive attitude. C'est un choix ... Je vous donne un avis sur celui-ci et pourtant je suis mitigée. Je passe d'une impression négative à un ressenti interrogatif qui rend le livre peut-être intéressant. L'auteur affirme que, d'une certaine façon, Mick Jagger est mort en 1969, après Altamont, là où a été poignardé Meredith Hunter durant la prestation des Stones. Et ce livre raconte les 9 années qui ont précédé cette rupture.

Si j'ai apprécié certains passages, je ne suis pas vraiment d'accord avec cette idée principale que Mick Jagger aurait été tellement affecté par Altamont qu'il en aurait perdu sa spontanéité et sa sincérité, son essence. La musique des Stones en aurait été changée, en moins bien, pour toujours. De plus, l'auteur est très affirmatif, ne laissant pas beaucoup d'espace pour le doute, le questionnement. J'aurais préféré qu'il propose, explique et justifie son point de vue en nous laissant le choix plutôt que nous l'imposer comme une vérité sans retour. Je ne suis pas son argumentation, même si je reconnais qu'elle tient la route par certains aspects. De là à accepter totalement son point de vue ... Et enfin, je n'aime pas l'écriture de François Bégaudeau... MAIS ce livre reste intéressant et je l'ai lu jusqu'au bout (faut dire qu'il ne compte que 113 pages ).

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout