Rechercher

12 avril - émission des auditeurs

Bonjour à tous,

Bienvenue à bord,

Vous connaissez la formule ...

Une émission pré-enregistrée, préparée par les bons soins de Mathé et Freddy, fidèles auditeurs, au postes chaque semaine (si si c'est vrai!)


Une très chouette émission dont je vous partage la #playlist :

Pierre Perret – mon p'tit loup

Viktor Lazlo – Canoë Rose

Hugues Aufray- Dès que le printemps revient

Serge Lama – les ballons rouges

Francis Cabrel - Petite Marie

Georges Brassens - chanson pour l Auvergnat

Yves Duteil - les gens sans importance

Charles Aznavour - hier encore

Maurane – sur un prélude de Bach

Pierre Rapsat – Illusions

Noémie Rhéa – le retour du champs

Jean Ferrat – La montagne

Françoise Hardy – Tant de belles choses

Linda Lemay – Regarde




gif




La chronique littéraire de la semaine, toujours signée par Véronique (oui, je ne lis plus assez, je sais... je dors ) :


"La nuit des béguines" - Aline Kiner

Le Moyen-Age, un époque que j'aime tant !

Nous sommes à Paris début des années 1300. Procès des Templiers, Philippe le Bel toujours en quête d'argent pour renflouer les caisse de l'état, conflit ouvert avec la papauté...

Dans le quartier du Marais, le Grand Béguinage Royal, fondé par Louis IX, Saint Louis, offre un havre de paix à des femmes souhaitant une vie différente des modèles de l'époque. Ces béguines ne souhaitent pas vivre sous le joug d'un mari, ni prononcer des vœux religieux. Elles sont cependant très pieuses (mais n'est ce pas l'époque qui le veut ?), étudient le grec et le latin, visitent les malades dans les hôpitaux... et vivent en autonomie financière.

Des femmes émancipées ... ce qui ne plaît pas trop à l'Eglise...

Pour info, c'est à Liège qu'est apparu le premier béguinage et c'est un chanoine, Lambert Bergh, appelé aussi Lambert Le Bègue, qui y a instauré la première règle (une rue porte son nom à Liège). Et, ce que j'ignorais, le pendant masculin des béguines, ce sont les bégarts. Et là aussi une rue porte ce nom à Liège.

Une belle histoire, lumineuse, superbement racontée au travers d'une écriture minutieuse et néanmoins fluide. Une peinture de l'époque sérieusement documentée, des descriptions qui nourrissent notre imagination.

Des personnages qui nous emmènent avec subtilité au coeur de leurs émotions profondes mais tout en retenue.

Un livre qui m'a "embarquée", j'ai adoré !


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout